Secret School

• Entre passions, mystères....& réalités... •
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Furby & Keep Silent

Aller en bas 
AuteurMessage
Mafate



Nombre de messages : 32
Date d'inscription : 05/05/2008

MessageSujet: Furby & Keep Silent   Ven 1 Aoû - 18:30

Furby a écrit:
Je venais d’être appelée au départ. L’angoisse, déjà présent avant mon appel, revint en force. Je sortis de la carrière et me présentai sur la ligne de départ. A la détente, Keep Silent s’était montré stressé et intenable, mais j’espérais pouvoir le caler dans une allure qui ne le bloquerait pas durant le parcours, car son endurance n’était pas des plus brillantes.

Le départ fut donné. Keep Silent s’élança sur la piste. Je restai assise dans ma selle, cherchant à le ralentir. Nous arrivions déjà devant le vertical, premier obstacle sur les 13 que nous avions à franchir. Une dizaine de foulées avant l’obstacle, je me mis en suspension et posai mes mains, prête à sauter. Je donnai une pression de mollets juste avant la battue des antérieurs et Keepou’ s’élança par-dessus le vertical. J’eus l’impression de voler. J’avais cependant remarqué que, durant le saut, je n’avais pas bien accompagné son encolure de mes mains. Je fis donc attention à ce niveau là. Juste derrière le vertical se trouvait un oxer, qui ne me paraissait pas difficile. Calmement, je fermai mes doigts sur les rênes pour faire redescendre ma monture dans une allure constante. Je fus surprise de voir qu’il écouta ma demande et qu’il la prit en compte. Il ralentit très fortement, ce que je ne voulais pas, en fait. Je redonnai des jambes juste devant l’oxer anglais et Keep Silent, après avoir pris un appel bien tardif, sauta l’oxer sans mal. Je le flattai discrètement et le fit accélérer, tout en restant en équilibre, pour me faire plus légère.

Nous avions une petite ligne droite, j’en profitai donc. Quand le tire bottes apparut dans mon champ de vision, je remis Keep Silent dans une allure régulière et me préparai au saut. Je fis une sorte de compte à rebours des foulées en partant de la cinquième. A la deuxième, je commençai à accompagner le saut d’un mouvement du bassin. Mon bai sauta parfaitement bien. Vint ensuite un virage suivi de l’open ditch. Je n’en avais jamais franchi et j’espérais que ça se passerait bien. Vu notre début de parcours, je pensai bien qu’il ne devrait y avoir aucun problème. Dans le virage, je me contentai de garder des jambes pour empêcher l’hongre de ralentir, mas je ne cherchai pas à accélérer l’allure car il m’était déjà arrivé d’avoir des surprises à la sortie d’un virage, et ça ne me rappelait pas de bons souvenirs. Effectivement, à peine «étions nous sortis du virage que l’obstacle s’y tenait. Je donnai des jambes encore et toujours mais, par ma faute, mon cheval heurta de ses postérieurs l’obstacle. Rien de grave, rien ne pouvait tomber !

J’avais longuement étudié le plan du parcours et je savais que c’était à cet instant que je pouvais gagner au chrono. Même si je ne connaissais aucun autre participant, je devinais qu’ils avaient tous un excellent niveau. Je mis donc des jambes, tout en respectant l’effort déjà produit et l’effort qui restait à faire pour Keep Silent. Il se prit au jeu et accéléra rien qu’en allongeant sa foulée. J’étais heureuse qu’il le fasse sans que je lui ordonne sèchement, car ce cheval est n vrai filou d’habitude. Mais je le connaissais, en concours, il était complètement différent. Un second gros virage nous attendait. Néanmoins, je savais qu’il n’y avait rien derrière, mais je rééquilibrai toutefois ma monture, qui, rapide, ne faisait pas attention à son équilibre dans le virage. Une petite ligne droite et un autre virage m’avertit qu’un obstacle n’était pas loin. Sans me rassoir dans la selle, je fermai mes doigts sur les rênes et redressai légèrement mes épaules, attendant de voir quelle sorte d’obstacle nous avions là.

A la sortie du virage, nous tombions devant une gigantesque palissade. Je ne perdis pas mon sang froid et étudiai d’un regard furtif la situation. Il fallait que je garde une bonne impulsion et à la moindre erreur d’accompagnement de ma part et tout pouvait basculer. Angoissée, j’essayai de ne pas transmettre ma peur à Keep Silent. Confiant et les oreilles pointées vers l’avant, il prit son appel au bon moment et franchis avec facilité la palissade. J’étais très surprise, et dès que nous touchions le sol je le flattai. Sans perdre ma concentration, je vis qu’un vertical suivi d’un oxer nous attendait derrière. Je redonnai de l’impulsion grâce à de petits pressions, et, à quelques mètres de l’obstacle, fixai toutes mes parties du corps et attendis le saut. Mon cheval franchit le vertical mais trébucha à la réception. Vite, je lui redressai la tête e essayai de le refaire avancer pour qu’il puisse sauter le suivant ! J’étais toute paniquée mais je gardai la tête froide. Le virage ne fit qu’empirer la situation. Ma monture trébucha une nouvelle fois à juste quelques foulées de l’oxer. Pour le remettre en équilibre, je le fis accélérer très brièvement. Il se remit en place et sauta comme il put l’oxer. Le saut était désastreux mais j’appréciai l’effort de Keep Silent. Je décidai d’oublier cet incident et de finir le parcours en beauté… même s’il était loin d’être terminé !

Je sentais la fatigue monter en Keep Silent, qui, lui, sous ma selle, produisait beaucoup d’efforts. Le fameux combiné triple attendait notre arrivée. Je ralentis mon cheval et lui laissai des rênes durant la petite ligne droite pour récupérer, mais la suite du parcours arriva bien vite. Trop vite. Je redonnai de l’impulsion comme je pus à Keep Silent. Par magie, et je ne sais pas comment, il puisa de l’énergie en lui (et je ne savais pas d’où elle sortait) lorsqu’il vit le triple. Je me mis en suspension et attendis le saut, accompagnant du bassin. Il franchit le premier facilement, ainsi que le deuxième. Entre le second et le dernier, il fit une foulée de trop et franchis du mauvais pied le troisième, mais le franchis quand même. Je le flattai beaucoup puis nous préparait à entrer dans la partie nautique du parcours. Le gué n’allait demander que peu d’efforts à mon puissant cheval, c’est pourquoi je ne m’inquiétais pas. Je lui laissai des rênes pour que, lors de son saut vers le bas, puisse s’équilibrer à sa façon. Lorsque nous atterrîmes dans l’eau, quelques gouttelettes me tombèrent sur le visage. Cela me rafraîchit un peu, car sous ce soleil, c’était insupportable. Nous galopions dans l’eau, ce qui demandait à ma monture un effort considérable car il devait bien lever les jambes. Encore un triple de verticaux, mais dans l’eau cette fois. Je remis des jambes et attendis les sauts, comme à mon habitude depuis le début de l’épreuve. Comme Keep Silent, était fatigué, je le laissai gérer son équilibre mais je cherchai quand même un bon contact avec sa bouche. Je mis des jambes au moment de l’appel du premier saut, qu’il franchit parfaitement. J’essayai de ne pas le gêner à la réception en ne retombant pas lourdement dans la selle. Je laissai mon regard se porter au loin et accompagnai bien pour le deuxième saut, qui fut tout de suite enchaîné par le troisième. Keep Silent avait une fois de plus sauté avec brio. Je le flattai et le fit accélérer.

Il ne restait que 3 obstacles et je voulais que nous donnions le meilleur de nous-mêmes pour avoir des chances de faire le podium. La haie se dressa bien vite devant nous, mais je ne ralentis pas mon hongre, pour la simple et bonne raison que l’obstacle n’était pas impressionnant et que c’était la fin du parcours. Il prit son appel un peu trop tôt mais sauta quand même bien. A cet instant, par contre, je le ralentis car nous ‘avions franchi qu’une seule fois un piano ensemble, mais celui-ci n’avait que deux marches, donc, en ayant fait le bilan du parcours jusqu’à maintenant, cela devrait bien se passer. Je rallongeai quand même un peu mes rênes et me levai bien au dessus de la selle, portant mon regard au dessus de la deuxième et dernière marche. Keep Silent sauta fort bien sur la première, mais eut un léger affaiblissement quand il fut le moment de sauter la seconde. Je ne savais pas ce qu’il faisait, mais il fit un mouvement bizarre et je fus déstabilisé. Je me remis le mieux que je pus en place pour qu’il saute la deuxième marche. Passée au ralenti, j’eus bien peur qu’il se passe quelque chose de grave, mais la chance était avec nous. Plus qu’un obstacle avant la fin du parcours. Mon cœur se mit à battre très fort.

Je donnai des jambes, des jambes et toujours plus de jambes, et, arrivée devant le contrebas, laissai une liberté totale d’encolure à Keepou’, qui géra très bien la situation et descendis comme un chef. Sprint final. Je me levai de la selle et repris les rênes sans toutefois les tendre beaucoup. Keep Silent allongea sa foulée, son encolure et passa la ligne d’arrivée comme un cheval de course ! Je lui sautai au cou, l’embrassant énormément et le flattant tout en le faisant beaucoup marcher pour le faire récupérer. J’étais très fière de lui !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Furby & Keep Silent
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Silent Hammer
» Silent bloc moteur 1300L
» Info sur le SILENT DART (HQ)
» Silent Wings
» Silent Hunter 4

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Secret School  :: Les Terrains d'Entraînements :: Compétition : TIRCYS vs NEVERLAND STABLES ! :: Epreuve de Cross-Country-
Sauter vers: